Le Club des mauvais jours, tome 1, de la série « Lady Helen » d’Alison Goodman

Londres, Avril 1812….

Lady Helen Wrexhall s’apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l’espoir de faire un beau mariage. Mais une bonne de la maison disparait, des meurtres sanglants sont commis, la plongeant soudain dans les ombres de la Régence. Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société. Lady Helen est dotée d’étranges pouvoirs, mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d’insouciance pour rejoindre lord Carlston et basculer dans un monde terrifiant ?

 

 

Mon avis :

La comparaison aux livres de Jane Austen dont je suis adepte et la lecture du synopsis ainsi que les nombreuses critiques enthousiastes égrainées de ci de là m’ont donné l’envie de succomber à cette série vendue comme de la fantasy noire teintée de romantisme suranné. Car il s’agit malheureusement bien de cela. A trop peu de moment, me suis-je laissé embarquer dans cette histoire désuète et manquant cruellement de passion… La mise en place de l’intrigue, de l’histoire globalement (beaucoup trop) lente dessert le tout. Seul le halo de mystère entourant le personnage de Carlston a maintenu mon attention jusqu’à la fin…  Mais n’aura point suffi !

Le personnage de Lady Helen se contente de suivre, voire de subir les révélations qui lui sont faites au cours de ce tome, sous couvert d’un tempérament pourtant détonnant pour l’époque.

Alors oui, l’ambiance, les mœurs et décors de l’Angleterre géorgienne sont finement dépeints et documentés, je le concède. Mais cette lecture m’a laissé coi, reléguant mon palpitant au placard. Je ne parle même pas des phénomènes surnaturels décrits et selon moi complètement abracadabrantesques… La quête dans laquelle Carlston embarque cette pauvre Helen m’a laissé de marbre voire dubitative…

Bref, vous l’aurez compris, voici une petite déception livresque qui ne suscitera pas l’envie d’en découdre avec les tomes suivants ! Ne vous laissez pas prendre par les commentaires vantant ce livre comme du « Jane Austen » revisité, c’est mystificateur!

Bilan émotion : Résultat de recherche d'images pour "livre" Résultat de recherche d'images pour "livre" (deux cœurs pour la plume)

Un commentaire sur “Le Club des mauvais jours, tome 1, de la série « Lady Helen » d’Alison Goodman

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.