La cité corrompue, tome 2, de la série « six of crows » de Leigh Bardugo

Voici le deuxième et ultime tome (672 pages) de cette somptueuse série dont voici le résumé :

Après avoir réussi à s’enfuir du Palais des Glaces, Kaz et ses compagnons se sentent invulnérables. Un revirement de situation va cependant changer la donne d’une partie mortelle que devront jouer les jeunes prodiges du crime. Alors que les grandes puissances Grisha s’organisent pour leur mettre la main dessus, Kaz imagine un plan, entre vengeance et arnaque, qui leur assurera la gloire éternelle en cas de réussite, et provoquera la ruine de leur monde s’ils échouent.

 Mon avis :

Dans la lignée du premier tome, nous suivons nos 6 « crows » dans Ketterdam alors qu’une partie de l’intrigue du tome précédent se déroulait au palais de glace, dans la capitale fjerdan du désormais soldat renégat Matthias.

Leigh Bardugo, fidèle à elle-même n’épargne ni le lecteur ni ses protagonistes, ils sont souvent salement amochés, rudoyés, mis face à leurs pires addictions, craintes ou phobies mais qu’est-ce que l’on tremble, frissonne, espère, à l’unisson avec eux !

Tenons, lorsqu’ Inej est enlevée, on se prend à douter… Sera-t-elle secourue par ses compagnons de galère ? Ou abandonnée, considérée comme un dommage collatéral inévitable mais nécessaire à l’aboutissement de la mission ultime… ? Quand on connaît le cerveau de la bande, Kaz, on a de quoi partager les doutes (légitimes) d’Inej, mais d’un autre côté, justement, on sait qu’il n’est pas si implacable, qu’il ne cesse d’anticiper, concevoir des plans A, B, C… et qu’il évolue… Bref : on ne peut s’empêcher de croire en l’humanité de Kaz et en sa rédemption finale !

Le petit prodige dont est capable l’auteur, c’est :

– De décrire, toujours avec maestria, un univers étoffé voire complexe, des personnages variés, dont on apprend l’histoire par des flashbacks ponctuant subtilement le récit et dont on assiste à l’évolution souvent positive ( je pense à Wylan, à sa confiance retrouvée, l’ouverture de Matthias sur les autres…)

– De bel et bien nous intégrer à l’équipe, de nous propulser aux côtés de Kaz Brekker, Inej Ghafa, Jesper Fahey, Wylan Van Eck, Nina Zenik, Matthias Helvar et même, j’oserais m’aventurer à dire que notre équipe protège désormais un 7ème corbeau, certes discret mais bien là :  Kuwei, l’arme secrète du gang.

– De faire monter la pression, l’air de rien, en instillant chez le lecteur un pressentiment, une idée a priori fortuite, qui prendra subtilement mais surement de l’ampleur au fil des événements pour finalement se confirmer ! Bref, elle ne cesse de semer des petites graines dans nos ô faibles  esprits de lecteurs et de les faire germer (je pense à la relation Wylan / Jesper : un bijou).

 – De nous dérouter, et cela, grâce au génie du héros né sous sa plume : Kaz Brekker, revenu au bercail dans ce tome, et donc en territoire connu, il est remonté comme un coucou, en mode « badass » ultime, près à en découdre auprès de tous ceux qui ont eu l’infortune de se poster en travers de son chemin… Un scénario imprévisible cousu avec minutie et ça, c’est jouissif !

Je ne vous cache rien : l’un de nos héros ne sera plus à la fin de ce tome, et ce, à mon plus grand regret (d’ailleurs, la fin de ce personnage me paraît un peu abrupte et moins soignée que le reste du récit). Car si nos jeunes gens ont appris de leurs différences, à les respecter, et même, à en faire une force au cœur de la bataille, le monde les entourant reste hostile et peu ouvert, enfermé dans les préjugés, quitte à commettre l’irrémédiable…

Au cours de la lecture de ce tome, nous faisons d’intéressantes rencontres : des personnages secondaires tels que Zoya, Genya, Tammar ou Sturmhond que j’aurai le loisir de retrouver, je l’espère au cours d’une prochaine lecture dédiée à la trilogie des grishas. Car c’est un univers déjà bien décrit. Celui des grishas mériterait d’être encore davantage creusé et cela tombe bien, puisqu’une autre série, issue de cet univers, leur est consacrée!

Bon, pour le principe, j’ajouterais un seul bémol final concernant la relation Kaz/Inej… Trop de non-dits, de pudeur subsistent entre eux, peut-être est-ce calculé afin de laisser transparaître le respect mutuel qu’ils se vouent, mais je ressors frustrée, j’espérais tellement plus de scènes entre eux !!!

Bon, enfin, je fais la fine bouche car j’ai (presque) littéralement dévoré ce livre! Encore un grand coup de cœur qui atteint des sommets de plaisir bibliophiles…

Et sachez, pour les plus nostalgiques d’entre vous, qu’une série inspirée des grishas verra bientôt le jour (mais lisez la trilogie de ce pas avant de visionner son adaptation!) : https://www.rtl.fr/culture/super/shadow-and-bone-netflix-date-casting-intrigue-ce-que-l-on-sait-sur-la-serie-7798058974

Résultat de recherche d'images pour "livre" Résultat de recherche d'images pour "livre" Résultat de recherche d'images pour "livre" Résultat de recherche d'images pour "livre"

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.